Jean Safran

img_1979

Quand Deer & Doe a sorti le patron du pantalon Safran, j’avoue ne pas avoir été très emballée. J’ai tout de suite imaginé le résultat désastreux que ce modèle, très moulant, donnerait sur mes formes et je me suis dit que j’allais attendre un petit peu, histoire de voir sur la Toile ce qu’il rendait avec un ventre rond et de bonnes cuisses dodues.

Et puis, ma fille est passée par là et m’a dit qu’elle voulait un jean. J’ai tout de suite pensé à ce modèle car elle est filiforme et,  de surcroît, addict des skinnys, slims et autres pantalons ultra-moulant.

img_1974

Le pantalon Safran est un slim taille haute. Il est proposé en deux versions : une avec des poches arrières et passants de ceinture (celle que ma fille a choisie) et une version plus épurée longueur cheville (qui doit être parfaite pour l’été).

img_1975

Le plus difficile a été de trouver le tissu car Deer & Doe recommande un coton-élasthanne avec 20-30 % d’élasticité.

Problème : comment connaître le taux d’élasticité d’un tissu lorsqu’on achète sur internet et que seul le pourcentage d’élasthanne est indiqué ? En effet, le pourcentage d’élasthanne n’est pas proportionnel au taux d’élasticité et le seul moyen de connaître ce dernier est d’étirer le tissu et de mesurer.

img_1977

J’ai regardé un peu le tissu qu’avaient choisi les autres blogueuses et je suis tombée sur le blog de Yanoudatoi qui a fait une très jolie version de Safran en jean stretch rouge de chez Rascol.

J’ai donc choisi le jean stretch noir Rascol avec 4% d’élasthanne et je n’ai pas été déçue ! Ce jean est de très bonne qualité et je l’ai cousu sans aucun problème avec une aiguille stretch.

img_1984

Comme toujours avec les patrons Deer & Doe, les explications sont claires et détaillées et je n’ai rencontré aucun problème pour le montage du jean.

Néanmoins, si c’était à refaire, je pense que j’inverserais certaines étapes en commençant par coudre et surpiquer l’intérieur des jambes et l’entrejambe (qui ont davantage besoin d’être renforcés) et en montant la braguette avant de coudre les côtés. Mais bon, c’est une question de point de vue, chacun fait comme il veut.

img_1992

Manque de chance, j’ai dérapé au moment d’ouvrir la boutonnière et découpé un peu trop loin (je ne recommande pas d’ouvrir une boutonnière tout en regardant la scène finale d’un téléfilm). Ce fut une terrible erreur que je ne me pardonnerais jamais (d’autant que j’ai été très déçue par la fin).  Il y avait un bel accroc sur le bord de la ceinture que j’ai essayé de repriser tant bien que mal mais ça se voit quand même de près.

img_1996Une fois le reprisage terminé, il ne restait plus que la phase d’essayage. J’ai tendu le jean à ma fille les mains tremblantes (elle est impitoyable) et, ô miracle, il lui va comme un gant ! Aucune retouche nécessaire, le rêve de toute couturière !

img_1990

J’en profite pour signaler que Deer & Doe a eu la bonne idée d’insérer deux pages d’instructions au début de son livret pour ajuster le jean. C’est vraiment pratique car on ne sait pas toujours comment procéder selon l’endroit où se trouvent les plis disgracieux et, là, tout est expliqué clairement.

img_1988

img_1976

Voilà pour mon premier jean Safran. Ma fille est ravie et a accepté de poser l’occasion.

Je vous souhaite à toutes un très bon week-end. 🙂

Châle kibrille en alpaga et soie

img_1909

Bonjour à toutes ! (à tous ?)

Je n’ai pas beaucoup posté ces derniers mois – ce qui ne m’a pas empêché d’admirer vos créations  !

Contrairement à ce que certaines ont pu imaginer (cf. ce post  où j’étais proche du burn-out) je n’ai pas vécu ces 3 derniers mois sur une île paradisiaque, me nourrissant uniquement de poissons et de noix de coco et plongeant nue dans une eau turquoise pour pêcher des coquillages. La vie sauvage en plein soleil c’est bien, mais ça a ses limites… surtout sans plaquette de chocolat au lait et aux noisettes et sans tube de Biafine.

Non, la réalité est bien plus terre à terre. Entre le départ de mon fiston pour une université située à 400 km (celles qui ont vu cette pub Ikea comprendront…), le boulot et des travaux dans la maison, je n’avais pas vraiment la tête à coudre ou à tricoter.

Mais je reviens pleine d’enthousiasme et de projets  !!!

Pour commencer : un châle scintillant beige et or, une idée qui me trottait dans la tête depuis plusieurs années et que j’ai eu envie de concrétiser en me promenant au milieu des décorations de Noël de Maisons du Monde (chacune ses sources d’inspiration… 😉 ).

img_1914

La réalisation de ce châle n’a rien de compliqué : il suffit de monter 5 mailles et de tricoter au point mousse en faisant une augmentation à chaque début de rang jusqu’à obtenir une hauteur de 60 cm et une largeur de 120 cm environ.

img_1906

img_1949

Pour la création des pompons, j’ai suivi ce tuto.

img_1966

img_1898

Ce châle est doux, chaud, moelleux et brille discrètement. Je l’ai tricoté avec 3 fils et utilisé 2 pelotes de Brushed alpaca silk de Drops (coloris beige clair),  2 pelotes d’Alpaca de drops (coloris naturel) et 1/2 pelote Glitter or de Drops, le tout acheté chez Kalidou.

Je profite de l’occasion pour vous montrer la bouille d’un alpaga :questce-quun-alpagasContrairement à mon châle Matilda couleur océan, qui fut très très long à tricoter, j’ai tricoté celui-ci assez rapidement (environ 6-7 unités »soirée-télé ») avec la laine Alpaca au lieu de la Baby alpaca silk de Drops, plus fine.

img_1964

Il faut tout de même faire attention car, avec 3 fils, on a vite fait de passer ses nuits à défaire les noeuds en attendant son Ulysse.

img_1956

img_1971

Voili, voilou pour ma première création automnale !

A très bientôt  🙂

Top trapèze tie and dye

Mon ado de fille voulait un crop top…

IMG_1867

Après avoir feuilleté toute ma collection de Burdas depuis 2005 (ce qui lui a pris une bonne heure), elle a craqué pour le top trapèze 107 du burda de juin 2016 (c’est à dire l’avant dernier numéro de ma collection 😉 ) :

top trapèze

Ce modèle est proposé avec le short assorti. Je n’ai pas réalisé le short mais, si vous voulez en voir une version, Elsa du blog « Sur les montagnes russes » en a cousu une très jolie ici.

Pour le tissu, ma fille a choisi un voile de coton tie and dye bleu de chez Cousette, tout doux et léger, parfait pour l’été.

IMG_1874

Pour une fois, je n’ai eu aucune difficulté à comprendre les explications de bubu (je l’appelle par son petit nom maintenant) car ce modèle (ou plus exactement la version robe de ce modèle) est celui du cours illustré du cahier explicatif !  On peut donc le coudre les yeux fermés ! ;-

Le devant est composé de 3 pièces coupées en biais ce qui donne cette forme trapèze au top. En cousant, je me suis dit qu’il pourrait être sympa de coudre avec deux tissus différents pour faire ressortir l’aspect graphique. Une prochaine fois peut-être…

IMG_1875

J’ai  modifié le col qui montait un peu trop haut au goût de ma fille. Au lieu de coudre ensemble les deux parements d’encolure prévus, j’en ai cousu un seul que j’ai replié et cousu sur l’envers comme un biais.

IMG_1866

Le résultat est joli, le col est plus large et plus arrondi.

IMG_1878

Le haut du dos, quant à lui, est fendu et fermé par une bride.

IMG_1883

Voilà !  C’est un petit top léger, facile et rapide à réaliser mais qui a besoin d’être rallongé de quelques centimètres si vous ne voulez pas voir apparaître votre nombril… 😉

IMG_1838

 

IMG_1840

A très bientôt pour de nouvelles aventures couturesques ! 🙂

*****

 

 

Blouse des mers du sud…

IMG_1736

Depuis que nous avons le climat breton dans le Var, je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de sortir les manches courtes ! J’ai donc choisi de coudre une blouse Stockholm d’Atelier Scammit, une petite blouse légère à manches longues, parfaite pour une météo incertaine et changeante…

Comme en ce moment je rêve (j’ai besoin d’urgence) de vacances, j’ai choisi un tissu dont la couleur m’évoque une plage déserte avec une eau translucide, exactement comme celle-là :

Afficher l'image d'origine

(Avez vous remarqué mon voilier au fond à gauche ? 😉 )

Mon choix s’est porté sur un tissu structuré de chez The Sweet Mercerie au coloris vert d’eau (je dirais plutôt « aqua ») qui correspondait exactement à l’effet recherché.

Quand je la mets, je me sens en vacances, si si…

La blouse Stockholm existe en deux versions, l’une avec des basques aux manches et l’autre avec des basques au bas de la blouse.

J’ai fait un mixte des deux et raccourci les manches pour en faire des manches trois-quart.

La réalisation est assez simple. On commence par le montage des manches raglans, puis des basques et on termine par les coutures des manches et des côtés. Pour la « mise en plis » des basques, il vaut mieux bâtir avant de coudre pour qu’ils restent bien en place.

IMG_1734

Pour la finition de l’encolure, j’ai utilisé un simple biais de couleur grise.

J’ai rencontré quelques difficultés pour faire les manches raglans qui gondolaient sans me demander mon avis ! Et puis, j’ai réalisé que mon tissu avait un peu d’élasthane…(oups !) En utilisant des aiguilles strech, j’ai réussi à coudre le reste sans problème.

IMG_1733

 

IMG_1737

Je suis très contente de ma petite blouse, légère et confortable en attendant l’été et les vacances… 🙂

IMG_1749

 

IMG_1751

 

Je viens de terminer un top Burda pour ma fille que je vous montre très très vite…

A bientôt !

 

Gilet Miette

IMG_1643

Voici  ma version du gilet Miette de Andi Satterlund, un joli gilet court aux manches 3/4 et aux bords ajourés que l’on peut télécharger gratuitement sur Raverly ici.

Comme beaucoup de modèles Anglo-saxons, le gilet se monte en un seul morceau en commençant par le haut, technique que j’adore car on se fait vite une idée du résultat final !

Malheureusement, les explications ne sont qu’en anglais mais on trouve facilement la traduction des abréviations en fouillant sur le net.

IMG_1656.JPG

IMG_1668

La coupe de ce modèle est vraiment très réussie et il y a même une série de diminutions pour créer des pinces poitrines.

IMG_1645IMG_1646

Le point ajouré n’est pas compliqué mais il demande beaucoup d’attention car on a vite fait de se tromper et ça se voit beaucoup !

IMG_1661

J’ai suivi les instructions à la lettre sauf pour les manches que j’ai montées avec deux aiguilles au lieu d’une aiguilles circulaire.

Je n’aimais pas beaucoup les côtes 2-2 des bordures alors j’ai tricoté des côtes 1-1 avec une maille torse sur l’endroit pour un rendu plus fin.

IMG_1659

IMG_1660

Pour la laine, j’ai utilisé la même couleur que pour mon châle océan : 6 pelotes de Baby alpaca silk de Drops ont suffi sachant que j’ai doublé le fil car le gilet Miette se tricote avec des aiguilles n° 5.

Quelques photos en plein soleil au milieu des bambous…

IMG_1686

IMG_1683

IMG_1685

J’aime beaucoup mon gilet Miette ! Je le trouve confortable, hyper-pratique avec ses manches 3/4 et très bien coupé.

A refaire donc…

Je vous retrouve très bientôt pour ma version de la blouse Stockholm !  🙂

Robe Ditte d’été

IMG_1589

 

J’époussette un peu le blog car je ne suis pas venue depuis longtemps…

Voilà, c’est fait !  😉

J’ai profité de ce mois et demi d’absence pour faire un grand ménage de printemps. Marre des manteaux et des pulls, vive les robes d’été, les blouses et les tops ! J’ai trié mes coupons et mes patrons, photocopié et classé les vues d’ensemble des modèles de mes burdas (très pratique), fait le bilan de mon dressing (pas terrible), regardé les créations des copinautes (superbes) et je reviens pleine d’entrain et d’envies couturesques !

Y a plus qu’à….

IMG_1638

 

Ma première création printanière est donc une robe ! Je suis définitivement accro à la Maison Victor et j’ai craqué sur un de leurs modèles, la robe Ditte du numéro de mars-avril 2016 :

Pour la petite histoire, j’ai commencé cette robe début mars, quand il faisait froid. J’ai donc choisi une robe avec des manches longues (logique) mais j’ai mis tellement de temps à la coudre que je suis arrivée à l’étape du montage des manches à la mi-avril, quand la température avoisinait à peu près 25 ° au soleil !

IMG_1593

Il est donc apparu comme une évidence (mais non ce n’est PAS DU TOUT ma flemme légendaire) que le montage des manches n’était plus nécessaire. Mon ado de fille a achevé de me convaincre grâce à un « ouais, ça va, elle est belle  comme ça ! » (ce qui en langage ado signifie que si je porte cette robe, je peux la déposer directement devant le collège et pas 100 m. avant comme d’habitude).

Pour réaliser cette robe, j’ai utilisé un joli chambray bleu de chez The Sweet Mercerie.

IMG_1605

IMG_1594

Le patron est composé de 16 pièces faciles à décalquer. Comme je suis grande, j’ai rallongé le buste de 3 cm et le bas de 15 cm.

IMG_1618

La robe n’est pas très compliquée à réaliser, d’autant qu’à chaque étape il y a un schéma explicatif, mais elle demande beaucoup de minutie car il faut surpiquer la plupart des coutures du haut.

IMG_1602

IMG_1616

Comme je voulais un résultat très propre à l’intérieur, j’ai fait des coutures rabattues et doublé la ceinture, ce qui m’a pris encore plus de temps. Mais – je le dis modestement – à l’intérieur, c’est beau.

Pour les emmanchures, je n’ai rien modifié par rapport au patron initial. Je me suis contentée de coudre un biais réalisé avec le reste du tissu, puis j’ai surpiqué.

Les boutons sont des boutons pression nacrés de chez Rascol. La pose de boutons pression était une première pour moi mais, après un essai raté sur le premier, je m’en suis sortie et je les trouve vraiment jolis et pratiques.

IMG_1611

Je suis très contente du résultat final. Cette robe est vraiment confortable et j’aime beaucoup la mettre avec une ceinture. Elle est sympa aussi, portée les boutons ouverts avec un débardeur sans manches.

IMG_1610

 

Ma passion pour les modèles de la Maison Victor se confirme. J’ai acheté celui du mois de mai/juin hier et il y a des tas de modèles sympas ! Allez vite y jeter un œil !

A très bientôt. 🙂

Karine

 

Raymond bleu moucheté

IMG_1549

Il y a un mois déjà, j’annonçais l’arrivée imminente de mon Raymond.

Et bien après maintes péripéties, il est enfin là !

Pour celles qui ne le savent pas encore, Raymond est un patron de la République du chiffon qui a eu pas mal de succès cet hiver. Je n’avais pas craqué pour ce modèle de prime abord mais en voyant les jolies versions de plusieurs blogueuses (ici, ici et ici) je me suis laissée emporter par la vague raymondesque…

C’est un manteau à la forme très loose avec des manches raglan et deux grandes poches plaquées que j’ai choisi de réaliser dans un joli lainage bleu moucheté de chez Cousette.

IMG_1553

 

IMG_1559

La phase de décalquage des pièces du patron a été vraiment très très très longue…. Le modèle comporte 18 pièces réunies sur une seule planche et difficiles à distinguer les unes des autres tant elles sont imbriquées. Il m’a fallu plus de deux heures pour le faire et j’avoue que j’étais un peu-très énervée à la fin.

Lors de la coupe du tissu, il faut penser à rajouter les marges de coutures car elles ne sont pas incluses comme dans les patrons Deer & Doe.

Une fois le tissu coupé, le montage ne pose pas de problème car les explications sont claires. Il faut malgré tout un peu de minutie pour le col et le montage de la doublure (pour lequel on peut d’ailleurs s’inspirer du pas à pas de la veste Michelle sur le blog de RDC).

IMG_1563

 

Le patron ne mentionne pas l’emplacement des boutonnières. J’ai donc improvisé et placé trois gros boutons sur le haut du milieu devant.

J’aime beaucoup le col de ce modèle qui est très original et les surpiqûres au niveau des coutures des manches.

IMG_1545

IMG_1523

.IMG_1520

Par contre, j’aime moins les poches plaquées qui ont tendance à tomber. (je pense qu’il aurait fallu les thermocoller également).

IMG_1548

Je suis moyennement contente du résultat final. Je pense que mon lainage était un peu trop fin et souple pour ce modèle. Malgré le thermocollant et une doublure en suédine, le manteau manque de tenue et le bas n’est pas très net.

Mémo pour ma prochaine couture :

  • proposer aux voisins de garder leurs enfants le samedi après-midi et animer un super atelier « décalquage » suivi de crêpes au Nutella,
  • bien vérifier, avant de commencer à couper le tissu, que les marges sont incluses dans le patron et ne SURTOUT PAS s’en apercevoir trop tard,
  • se rappeler qu’il n’est peut-être pas opportun  d’acheter un lainage foncé lorsqu’on a un chat à poil blanc particulièrement affectueux.

 

 ****